MessagerieMessagerie 

Mot de Monsieur le Recteur (2017-2018)

L’Université : projet d’établissement (PE) en devenir

Chaque rentrée universitaire apporte son lot d’interrogations, de questions souvent sans réponses. Des attentes sont exprimées ; des doléances sont formulées. Le recteur est alors en demeure de les remplir et de les satisfaire. C’est pourquoi, le propre du recteur est la bonne gouvernance ; autrement dit humainement, de prendre le risque de prévoir ; techniquement, de doter son université d’un projet d’établissement quinquennal. La concrétisation stratégique de ce projet selon un calendrier équilibré constitue de la sorte la somme des réponses raisonnables à la multitude des questions aussi variées que le sont les intérêts de chacun.

L’intérêt principal de chacun se révèle surtout à l’adhésion au devenir de l’Université, à son évolution calculée conformément à un programme d’actions mûrement réfléchi, définitivement arrêté suite à une large consultation de tous les acteurs de l’établissement. Le mot d’ordre du PE : rendre l’université responsable et capable de s’impliquer dans la société.Pour ce faire, quatre grands objectifs réalisent l’ambition légitime de l’Université ; sa prétention : les préciser effectivement sur le terrain :

  • intégrer les principes du développement durable dans l’organisation et la gestion de l’université (campus) ;
  • promouvoir une approche éthique de l’enseignement, de la recherche et de la gestion universitaire ;
  • accroitre la visibilité de l’université dans la société ;
  • servir l’intérêt public.

Au demeurant, « servir l’intérêt public » (objectif 4) compose la finalité de notre action d’universitaire. Cela signifie pour nous, entre autres, de promouvoir la coopération université/entreprise dans le souci constant d’améliorer les performances de l’Enseignement supérieur. Cette amélioration ciblée permettra de participer et d’assurer la cohésion sociale, notamment en créant les compétences techniques nécessaires à la communauté.

« Servir l’intérêt public », c’est aussi clairement « accroitre la visibilité de l’université dans la société » (objectif 3). Cela exige de nous, d’une part, de contribuer à la publication scientifique par une production des savoirs savants en encourageant la recherche-action. D’autre part, cela consiste de manière avisée à préserver et promouvoir le patrimoine culturel immatériel de la communauté par l’inventaire des expressions orales et graphiques de la communauté.

Nous sommes pleinement conscients que cette ambition ne sera possible qu’à la condition expresse de « promouvoir une approche éthique de l’enseignement, de la recherche et de la gestion universitaire » (objectif 2). Cet aspect de la question est de loin le plus important sachant qu’il constitue la pierre de touche de l’édifice universitaire. C’est pourquoi, il s’agit dans un premier temps d’inculquer aux partenaires universitaires (agents, enseignants, étudiants) le sens des responsabilités personnelles, individuelles et collectives par un rappel et un appel régulièrement suivis au respect des normes professionnelles. La contrepartie sera alors de contribuer à l’évolution de carrière du corps enseignant et du personnel administratif ; d’entretenir les compétences du corps enseignant par la formation continue. Il est vrai que la démarche, dans sa logique, requiert d’adhérer au principe de la parité et à la dynamique d’assurance-qualité. Seule cette façon de procéder sera ainsi garante de notre volonté de fidéliser le corps enseignant désormais motivé.

Cette motivation repose bien entendu sur l’idée-force « d’intégrer les principes du développement durable dans l’organisation et la gestion de l’université (campus) » (objectif 1). Elle n’est dès lors rendue possible que par l’assurance d’un environnement institutionnel favorable, garant des franchises universitaires par des pratiques démocratiques avérées. C’est une manière tout à fait raisonnable de promouvoir le respect du principe de la diversité au sein de la communauté. Cela exige sans aucun doute de développer et diversifier les parcours de formation grâce essentiellement à l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication ; et l’instauration des compétences entrepreneuriales.

Au terme de ce tracé rapide des principaux axes d’intervention du projet d’établissement, mon dessein est d’impliquer les acteurs de notre université et ses partenaires socioéconomiques dans le devenir d’une institution de laquelle la Société algérienne, dans sa totalité et globalité, attend beaucoup, énormément sans complaisance mais avec équité. À travers cette rapide esquisse de quelques actions à mener, mon intention est de faire comprendre, d’expliciter, dans la mesure du possible, l’intérêt d’une telle orientation de notre Tutelle, afin de les inciter, autant que faire se peut, à contribuer, à participer, à adhérer en toute liberté et conscience à la coconstruction d’une œuvre de société.

Je suis serein car j’ai pleinement confiance en chaque compétence, en chaque qualification, en chaque individualité, en chaque personnalité de notre université, à tous ses niveaux de gestion : étudiants, enseignants, agents et partenaires. C’est une lourde tâche qui nous incombe à tous. C’est aussi un grand défi très prometteur.

Pr. Ahmed Boutarfaia, recteur

© 2017 Université de Biskra. Centre des Réseaux et des Systèmes Informatiques